Main Menu  

   

Suivez le guide!

Ce fut vraiment un événement que ce Rassemblement: ceux et celles qui n'y ont pas participé ne savent pas ce qu'ils ont perdu ! Par amitié pour eux, nous essayons cependant, dans les pages qui suivent, de donner l'essentiel: suivez le guide !

Après le stress du jeudi, la matinée du vendredi a été réservée à Mgr Pierre Duprey. Vous lirez son allocution mais non, faute de place, les réponses qu'il fit à nos questions. Il en sera de même le samedi pour l'intervention du pasteur Konrad Raiser.

Des échos internationaux, nous avons donné tout ce qui pouvait tenir dans un numéro double de Foyers Mixtes. Nous avons dû faire un choix et condenser à plusieurs reprises ces témoignages au caractère souvent fort personnel. En particulier, nous nous réservons de publier ultérieurement le bilan du questionnaire d'Eric Lombard et celui de la recherche faite aux Etats-Unis par Michael Lawler.

Par contre, vous lirez le texte intégral des trois prédications d'une réformée (A.L. Nerfin), d'un anglican (M. Reardon) et d'un catholique (R. Beaupère).

La célébration eucharistique catholique s'est déroulée, en anglais, dans la belle chapelle du Conseil œcaménique des Eglises et la réception par le RECG a eu lieu dans le cadre champêtre de Cartigny où logeait la majorité d'entre nous.

Plus solennelle, le culte de sainte cène en français a rempli la cathédrale Saint-Pierre avant un joyeux pique-nique aux Bastions au pied d'un Calvin et d'un Théodore de Bèze toujours figés. L'après-midi de ce même dimanche, nous prîmes quelque détente: les uns ont gravi le Salève, les autres descendu le Rhône, d'autres encore ont navigué sur Ie Léman, mais certains se sont arrêtés pour visiter la charmante cité de Nyon ou tout simplement musarder dans Genève.

Lundi matin, c'était à nouveau le stress pour les animateurs: après le culte célébré avec le personnel du COE, i I fallait écrire le message final. Parviendrions-nous à le faire -rédiger par l'ensemble des participants ? Eh bien, oui ! Grâce à la méthode fabuleuse "de la rotonde" (demandez le mode d'emploi au pasteur Henri Nerfin), chacun s'est "retrouvé" dans les affirmations de groupes que n'eurent aucune peine à nouer quatre dévoués secrétaires.

Il faut vous dire encore que les lunch se prenaient à la cafétéria du COE et les repas du soir, à la campagne, à Cartigny; que le pasteur Raiser reçut de nous un fanion aux armes du Rassemblement qui trônera dorénavant dans son bureau de secrétaire général; que, le lundi, la célébration d'envoi a duré près de deux heures mais que personne ne l'a trouvée longue tant nous avions envie de rester... tous ensemble.

PS.: Si vous souhaitez contempler des photos du Rassemblement, demandez le n• 60 de Chrétiens en marche qui lui a consacré trois pages.